Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 21:32

12.-Mad-Max-Affiche-2.jpg

 

 

 

 

Fiche technique

 

 

Mad Max Fury Road

Réalisation : Georges Miller

Scénario : Georges Miller, Brendan McCarthy & Nick Lathouris

Acteurs principaux : Tom Hardy, Charlize Theron, Hugh Keays-Byrne

Sortie francaise : 14 Mai 2015

Tout public [Oui oui !]

 

 

A l’annonce de la sortie d’un nouveau Mad Max sur grand écran il y a un peu plus d’un an, je me rappelle avoir été particulièrement heureux. Après tout, la première trilogie Max Mad [Dont le premier est sorti en 1980 bordel !] et son réalisateur [Un génie] ont contribué à imprimer dans l’imaginaire collectif un visuel d’un style que j’affectionne pas mal, et ce sur plusieurs supports [Jeux Vidéos, cinéma …] : le post-apocalyptique. Comprenez les films d’anticipation dystopique, soit la représentation du monde dans un futur plus ou moins proche qui a mal tourné. Souvent utilisé pour dénoncer une pratique néfaste [Ou du moins en tant que telle]. La dystopie du monde de Mad Max reposait sur l’utilisation de la bombe atomique et de la guerre plus ou moins imminente [Cf La guerre froide ndlr]. Le monde dans lequel se déroule les événements de Mad Max est un monde qui a connu la guerre nucléaire, où chacun tente de survivre comme il peut. Le film réalisé avec un budget ridicule [Même pour l’époque] de 350 000 Dollars révélera Georges Miller à la réalisation et Mel Gibson en tant qu’acteur. Le succès du premier opus donnera naissance à deux suites, Mad Max 2 : Le défi, et Mad Max : Au delà du dôme du tonnerre. Mad Max était, et demeure très largement mon préféré de la trilogie originale.

 

 

Moultes séries,  animé, jeux vidéos ont rendus hommage à ce film tant il a marqué l'imaginaire collectif [Ken Le Survivant bordel !!!]. Tourné en Australie, les films offraient des paysages complètement inédits et des scènes de poursuites mythiques. Mais revenons à ce qui nous intéressent aujourd’hui : Mad Max Fury Road. Il faut savoir que le projet de faire un quatrième opus à la saga est une idée qui traîne depuis plus de 15 ans dans la tête de Georges Miller. Mais de nombreuses raisons font qu’il aura fallut attendre l’été 2012 pour qu’enfin le tournage commence en Namibie cette fois ci. Je l’ai dit un peu plus haut j’étais très impatient de voir ce Fury Road qui est plus ou moins la suite [On y reviendra] avec Miller derrière la caméra. Tom Hardy y incarne Max, Charlize Theron, Nicolas Hoult, et Hugh Keays Byrne, qui avait déjà campé un chef de gang dans le premier Mad Max, incarne ici le antagoniste du film : Immortan Joe.

 

crop2_Mad-Max-Fury-Road-Mauraders1.jpg

 

Alors qu’est ce que j’en ai pensé ? BORDEL DE MERDE quel spectacle incroyable !!! Le film jouit d’un visuel somptueux du début à la fin. La musique [J’y reviendrai aussi] participe grandement au spectaculaire comme le laissait entendre les premières bandes-annonces. Je suis très heureux d’avoir vu ce film au cinéma, comprenez moi bien, c’est une putain de claque visuelle. Georges Miller a le don de filmer les grands espaces. Même lors de film complètement éloignés de ses premiers amours comme dans Happy Feet, la banquise et ses alentours sont toujours montrés avec une justesse unique et ne demeurent pas de simples décors. Dans Max Mad Fury Road, c’est encore plus impressionnant car il s’agit ici d’un décor naturel qui sied parfaitement à des paysages post-apocalyptiques, des déserts à perte de vue, un soleil étouffant, des tempêtes de sable etc. Tentons rapidement de résumer le speech du film.

 

 

Immortan Joe, chef de gang à la figure divine règne en maître absolu sur un coin de désert qui abrite une source d’eau, qui est dans ce monde dévasté une denrée très rare vous l’aurez compris. Nourriture, armes, essences, femmes, Immortan Joe a tout, et compte bien tout garder. Complètement déifié dans sa manière d’agir et de communiquer, son armé lui voue un véritable culte de la personnalité. Le peuple environnant est à sa merci. Max, ancien policier hanté par les visions de sa famille perdue est capturé par cette même armée qui décide de le garder sous la main car celui-ci est donneur universel via son groupe sanguin [Tout se recycle, Hulot serait fier]. C’est ce jour là que Imperator Furiosa, bras droit d’Immortan Joe [Ce qui est drôle vu qu’elle n’a pas de bras droit dans le film, littéralement], décide de trahir son gourou, pour lui  enlever ses femmes destinées à la reproduction. En effet ce petit cachottier d’Immortan Joe s’est gardé sous le coude les femmes les plus belles de ce monde pour lui tout seul. [Comprenez des biatchs de magazine, beaucoup plus bonnes que la plus bonnes de tes copines bla bla bla vous avez compris] pour les sauver et leurs offrir une nouvelle vie loin de leur tyran.

 

11.-Max-Max-5-wives-1024x663.jpg

 

Immortan Joe part alors à leur poursuite avec son armée pour poursuivre Furiosa à travers le désert et ainsi récupérer ses femmes et donc ses héritiers. Max est embarqué alors par un des warboys [Le nom des soldats servant Joe] pour lui servir de globular [Car celui-ci était en pleins transfert de sang durant le départ]. Voila pour l’histoire. Continuons.

 

 

Tout d’abord on ne sait pas vraiment si il s’agit d’une suite ou d’un reboot, la frontière entre les deux semble mince. Max nous est présenté assez rapidement et on comprend très vite les enjeux de ce monde mais le personnage rejoint celui qu’incarnait Mel Gibson. Si vous vous posez la question, il n’y a pas besoin de de voir les trois premiers pour comprendre et apprécier celui-ci. Ce qu’a réussi Georges Miller avec ce film est très intéressant, en effet Mad Max Fury Road ne fonctionne pas comme les autres blockbusters récents, déjà dans la manière dont se déroule le film. Certes le premier acte introduit [Brièvement] les personnages et l’univers mais le reste du film est une poursuite d’un peu moins de deux heures entre le duo Max/Furiosa et l’armé d’Immortan Joe. Le tout étant extrêmement graphique et orchestré magistralement, bref on en prend pleins les mirettes. Certes on a [Un peu] de développement de personnages pour les deux protagonistes mais rien de très poussé et c’est peut être une chose recherché par l’auteur. Ce monde ayant bouffé littéralement l’histoire d’avant cette vie.

 

7.-Mad-Max-Moto-1024x682.jpg

 

La trame classique aux Westerns est évidente. un héros solitaire arrive quelque part, règle le ou les problèmes en s’opposant aux antagonistes [Les méchants ndlr] et s’en va avec un enrichissement personnel [Ici l’humanité de Max, voir, une satisfaction personnelle de savoir que tout le monde n'est pas aussi fou que prévu]. Le traitement du ‘’héros’’ est ici peu habituel puisqu’il est à l’opposé de tout ce qui fait depuis une quinzaine d’année. Max n’est pas un héros, il ne veut aider personne au départ, il participe à cette histoire uniquement car il a été fait prisonnier, par la suite, Furiosa et lui même seront quasiment obligés de collaborer pour survivre. Cette situation évolue c’est vrai, mais au départ Max n’est pas un héros. Pas quelqu’un d'aussi cruel que le reste de la population certes mais il sert ses propres intérêts avant tout. Parlons de Max tiens. Tom Hardy est un acteur qui me plaît. Tant pour son jeu que pour la manière dot il mène sa carrière. Bronson, Inception, Warrior, La taupe, Des hommes sans loi, Batman etc, l’acteur est habitué aux rôles fort sans ses films. Ici Tom Hardy interprète un Max qui n’a plus confiance en personne, cherchant uniquement à survire dans ce monde qui lui a enlever sa famille. Son humanité semble avoir été ronger par le monde qui l’entoure, qui l'oppresse. cela se traduit par un personnage qui parle très peu dans le film.

 

 

D'ailleurs beaucoup reprocheront au film de ne pas avoir un Mad Max au centre du film, mais il en est de même pour les anciens. Max n’étant qu’un prétexte pour nous raconter l’histoire plus qu’un véritable protagoniste avec une histoire, un but ou une quête à  accomplir. Le personnage est le point d’entrée dans cette univers post-apocalyptique, le point d’encrage du spectateur. C’est d’ailleurs via sa capture, dans la première scène du film, que l’on va être amené à découvrir Immortan Joe et son gang, la situation avec l’eau, Furiosa etc. Rebondissons sur le rôle de Charlize Theron qui interprète parfaitement son rôle. Son développement est plus poussé que celui de Max. On connaît son but, brièvement son passé. Elle aussi en quête d’humanité et d’espoir à travers ce qu’elle essaye d’accomplir. C’est un rôle féminin très fort, qui contre balance de ce à quoi on pouvait s’attendre. D’après ce que j’ai pu lire ici et la sur la toile, ça ne plaît pas à tout le monde. Si les questions du féminisme ou du machisme ne m'intéressent pas, cinématographiquement parlant, je trouve sympa d’avoir un rôle féminin si important à l’écran, alter ego de Max, voire plus à certains moments. Le personnage de Nicolas Hoult est la pour illustrer la désillusion religieuse envers Immortan Joe, un aspect subtile du film. Malgré un rythme totalement dingue, Miller prend le temps à certains moments, de s'arrêter sur ses personnages, de ralentir le film pour donner aux spectateurs un moment pour souffler.

 

1.-Max-Mad-Furiosa.jpg

 

Autre point intéressant dans le film [Pour moi], c’est la juxtaposition de la musique intra et extra diégétique. Je m’explique. Les sons ou les musiques  intra-diégétiques font partis intégrante de l’action qui se passe dans le film et par conséquent peuvent être entendus par les personnages, à l’inverse, la musique extra-diégétique est tout ce qui est audible uniquement par le spectateur comme la voix d’un narrateur ou la musique d’ambiance. Or dans le film, l’armée d’Immortan Joe se déplace avec des chars équipés de tambours et des guitaristes de l’enfer attachés sur des camions, qui jouent dès que le convoi est en route et adaptant leurs mélodies à l’intensité de l’action. Or la musique d’ambiance [Extra-diégétique] se mélange avec les mélodies jouées par les personnages [Diégétique] ce qui est une idée intelligente pour marqué le rythme de l’action et ainsi plongé un peu plus le spectateur au coeur du film. [Comme dans Amazing Spider-Man 2 : la scéne finale du combat entre le tisseur et Electro] De plus, le choix de mélanger des classiques de l'opéra à un son très rock est judicieux pour coller à l’aspect très punk du film [Bon d’accord, les guitares qui craches du feu, c’est un brin too much]. On est loin des sonorités habituelles de ce genre de film comme La Route ou Le Livre d'Eli [Avec Denzel Fucking Washington] ou encore les premiers Planéte des Singes

 

 

Une autre réussite du film, c’est les détails apportés pour que l’on croit à sont univers, les décors sont sublimes certes, mais un gros travail à été fait sur l’aspect punk de ce monde au niveau des costumes et des véhicules. Tout est crade et a fait l’objet de récup’, Mad Max Fury Road est d’ailleurs un des très rare film récent à jouer sur le moche. On trouve dans ce film des corps mutilés, des armoires à glace ridiculement musclées, des tumeurs dans tous les coins [Ken le survivant je vous dis !!!] Hormis les reproductrices d’Immortan Joe, tout le monde semble affecté, que ça soit physiquement ou mentalement. Même Charlize Theron, qui est une belle femme, est ici privée d’un de ses bras, le crâne rasé, et avec du poids en trop.

 

mad-max-fury-road-tom-hardy-charlize-theron.jpg

 

Je vais terminer sur le point fort du film : l’action ! Deux heures de grand spectacle, si vous aimez les poursuites et les cascades folles, vous serez servi. On est constamment au coeur de l’action, il y a continuellement du mouvement à l’écran, vous n’en serez pas pour autant perdu ou désorienté. Le film a nécessité plus de 8 mois de tournages et des efforts ont étés fait par les acteurs pour jouer un maximum de cascades afin de rendre le film le plus crédible possible.


Voilà, alors évidemment je vous invite à voir ce film, et à le voir au cinéma pour l’action qui est complètement folle à l’écran, ainsi que pour le travail fait pour la musique. Georges Miller a su donner un tout nouveau souffle à sa franchise, et même peut-être au cinéma d’action grand public grâce à sa réalisation sublime. Je pense d'ailleurs très sérieusement que la manière de réaliser de Mel Gibson aujourd’hui est du à son expériences avec Miller. Il a également su éviter le piège du fan service [Pas d’apparition de Mel Gibson, pas beaucoup de temps avec la voiture etc]. Quand on sait que son dernier film live [Avec des acteurs ndlr] était Babe, on pouvait penser qu’il avait perdu la patte, et pourtant. Une suite, voire un 6ème épisode sont en chantier et cela m’enchante au plus au point. Si je devais émettre un petit bémol purement personnel, c’est que je trouve le film un peu moins gore que ses prédécesseurs. Peut être une volonté des studios ou des producteurs. En tout cas allez y !!! Quand à moi, faut que j’y retourne !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by La Hyène - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Petite Intro

  • : Les Chroniques de La Hyène and Co
  • Les Chroniques de La Hyène and Co
  • : Bienvenu jeune âme égarée. Prends donc le temps de lire quelques articles ici. Ils on été écrits par des gens sympa. Sers toi un verre et bonne lecture !
  • Contact

Profil

  • La Hyène
  • Chroniqueur à ses heures perdues, entre les buddies, la balle orange, les comics et la console.
  • Chroniqueur à ses heures perdues, entre les buddies, la balle orange, les comics et la console.

Chroniques Dispos

73135183.jpg

Soon ...

Catégories